L'histoire du village du moyen âge à la révolution

Carte de Cassini (entre 1756 et 1815)

A partir du Moyen-âge, l’histoire de « Les Granges-Le-Roi » s’écrit de façon certaine.

Le village dépendait de la seigneurie de Dourdan qui était ville royale. Il se nommait alors « Granchie Régis », dont la signification la plus probable serait « Grenier du roi ».

En 1150, le village est cédé aux chanoines réguliers de Saint-Augustin (Saint-Chéron) par l'évêque de Chartres, Goslin de Lèves. On possède à ce sujet une charte de donation confirmés par bulle papale d'Innocent III.

C'est Philippe-Auguste qui rattache le village à la prévôté de Dourdan et au bailliage d'Étampes.

En 1216, la léproserie de Dourdan située dans le faubourg Saint-Laurent, dépendant de l'ordre de Saint-Lazare, possédait des terres à dîmes aux Granges-le-Roi.

En 1220, la population des Granges-le-Roi s'élevait à 90 feux fiscaux, c'est-à-dire environ 360 personnes, si l'on compte, comme c'est l'usage, quatre personnes par feu. Cette information est indiquée dans les « procurationes episcopi Carnotensis in majori diaconatu », extraites d'un pouillé du diocèse de Chartres rédigé dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

Le village n'a jamais eu de seigneur. Il est lié au destin de DOURDAN, ville royale. Les principaux seigneurs qui possédèrent Les Granges-le-Roi en apanage — portion du domaine royal donné aux cadets de la maison de France pour compenser leur exclusion de la couronne — sont :

  • Les comtes d'Évreux et le duc Berry entre 1400 et 1478,

  • Les ducs de Guise de 1559 à 1588

  • Les ducs de Sully de 1611 à 1672

  • Les ducs d'Orléans de 1672 à la Révolution française.

Le village comportait deux hameaux :

  • La ferme de la Villeneuve qui appartenait au XVIIe siècle au chevalier de Passart.

  • Le hameau de l'Ouÿe où fut fondée une abbaye en 1163

Au cours des luttes incessantes soutenues par les rois de France, Dourdan et les villages environnants sont plusieurs fois attaqués pillés et rançonnés. En 1652, par l’armée des princes commandée par Condé, ensuite par l’armée royale qui se nourrit également sur la campagne alentour. Les archives du Loiret conservent un procès-verbal : « Par devant Maître Léonard Dentart, notaire royal au village des Granges-Le-Roi. Duquel il résulte que la plupart des terres de la paroisse n’ont été ni ensemencées ni cultivées pendant les années 1652-1653 à cause du séjour et du passage des troupes ou des dégâts occasionnés par la garnison d’Etampes. Plusieurs terres sont en friche et cette même année, plus de la moitié des paroissiens décèdent. »

Malgré la paix retrouvée, l’augmentation considérable des impôts laisse les paysans dans une grande misère. Aux malheurs de la guerre succèdent ceux de la peste noire. Epidémie et famine font des ravages dans la population. Ceux qui y ont réchappé sont corvéables à merci et rien n’est fait pour améliorer leur sort.

L'histoire du village du moyen âge à la révolution en image

moyen-age
carte-cassini
PAcadastre-1827
feuille-C3cadastre-1827
carte-etat-major
cadastre-1942
grad-rue1907
Hurepoix
vente-de-terres
vente-de-terres2
moyen-age
carte-cassini
PAcadastre-1827
feuille-C3cadastre-1827
carte-etat-major
cadastre-1942
grad-rue1907
Hurepoix
vente-de-terres
vente-de-terres2

Qui somme-nous!

Fondée en 2006 par Jean-Pierre Garriot à "Les Granges le Roi", Mémoire Vivante s'engage à préserver le patrimoine communal. Animée par des bénévoles passionnés, l'association entretient le village, organise des actions pour raviver le passé, et concrétise ses projets grâce au soutien financier d'organismes divers et à la vente de produits conçus par ses membres. La rédaction de livres est un pilier majeur de l'association, tissant les fils de la vie et de l'histoire du village, assurant ainsi la pérennité d'une mémoire vivante pour les générations actuelles et futures.

Explorez nos articles passionnants

Les derniers articles