On ne connait pas l'origine de cette statue. Elle apparaît sur des photos du début du 20ème siècle.  Les parents de nos anciens la connaissaient déjà.


Elle est placée dans une niche de l'immeuble 23 rue d'Angerville. Autrefois auberge Saint Léonard il a été depuis transformé en immeuble d'habitation.


En 1997, la statue est déposée et conservée en mairie. En 2008, en accord avec le Conseil Municipal, l'association décide de faire les démarches et les recherches nécessaires pour retrouver les éléments manquants de son histoire avant de la remettre en place. 


Les études vont se dérouler en quatre phases.


-  La recherche d'un éventuel propriétaire Considérée comme simple élément de décoration, la statue n'est mentionnée dans aucun acte.

L'association demande alors aux membres du Conseil Municipal de reconnaitre officiellement la statue comme faisant partie du patrimoine communal. Cette décision est prise lors de la séance du 4 juin 2010. A partir de ce moment là, nous pouvons commencer à rechercher les origines de la statue.

 

 

- L'expertise En grès rouge siliceux, haute de 31,5cm, elle mesure à sa base 32,5cm sur 24cm et pèse 20kg. Deux inscriptions sont gravées sur le coté gauche de sa base"1757" et "MAIPON" il semble qu'elle soit le réemploi d'une autre sculpture dont le sujet nous échappe. On peut considérer qu'elle ne représente pas Saint Léonard, moine bénédictin, qui portait la tonsure mais pas la barbe.

L’expertise permet d’y découvrir trois polychromies différentes. La plus ancienne date de 1753. C'est celle d'origine. La plus riche à la fois dans le détail et dans la densité des couleurs. On trouve le bleu outremer sur le turban, le rose vif du visage. Les sourcils et la barbe sont noirs, le vêtement est jaune pâle rehaussé de jaune vif dans sa partie supérieure. La dernière couche date de 1960 environ, époque du ravalement de la maison. Il s'agit d'une peinture industrielle moderne de type glycérophtalique. La deuxième se situe donc entre ces deux dates sans qu'il soit possible d'être plus précis. Les couleurs sont plus ternes.

- La protection légale Afin qu'aucun propriétaire de l'immeuble ne puisse en revendiquer la propriété, il reste à établir un acte notarié. Signé le 2 février 2012 avec le syndic de l'immeuble après modification du règlement de  copropriété, il permet l'inscription de la statue au patrimoine communal.

- La remise en place de la statue La dernière phase de ce projet peut enfin être menée à bien. La statue est remise en place dans sa niche en septembre 2012.

 Des protections antivol et anti humidité sont ensuite installées. Ce projet aura mit quatre ans à aboutir.

Cette sculpture ancienne ne présente pas de réelle valeur historique. Elle retrouve tout simplement sa place d'origine, là où la fantaisie de nos ancêtres l'avait installée il y a presque trois cents ans là où des générations de Grangeois ont pu la contempler, là où nous l'espérons, elle pourra continuer son voyage dans le temps. 

 

 
 

statueengresde31cmdehaut33cmdelarge
incriptionmaidonetladate1757
IMG9814
DSCF1461
DSCF1454
DSCF0168
annee-1908