actualité
Retour accueil
La croix des champs

A l'origine, cette croix se trouvait au bord de la route d'Etampes à l'embranchement de la petite route menant à Plateau. Elle se compose d'un socle surmonté d'une croix en fer.

La hauteur totale du monument est de 2,70m.

Elle est érigée vers 1863-1864 pour remplacer une croix "qui tombait en vétusté".

Sa particularité est son socle en grès. Sa base est rectangulaire. 24cm de large 17cm d'épaisseur et 1,20m de hauteur pour un poids de 150kg environ. On pense que cette colonne est l'élément centrale d'une croix dont on aurait brisé les deux bras. Elle proviendrait d'une tombe de l'ancien cimetière situé autour de l'église et transféré en 1854 à son emplacement actuel. Le texte gravé sur cette pierre est difficile à lire mais on peut en deviner les parties manquantes. Devant on peut lire : Ici repose le corps de Louis décédé le 24 juin 1786 âgé de 70ans. Au dos : Prie Dieu pour le repos de son âme.

Une plaque ovale était fixée au centre de la croix, portant cette inscription :

"Quoique tu sois voyageur fléchis le genou et reconnais ton rédempteur"

Située dans le virage, elle est culbutée deux fois. En 1965 d'abord. Un don anonyme permet de la remettre en place. Le 13 janvier 1999, elle est, de nouveau, percutée par une voiture. Par sécurité, la croix est ramenée dans la cour de la Mairie. En septembre de la même année, les ouvriers de l'entreprise Paillet, chargé de la remettre en place apporte les pièces sur le lieu d'origine. Lorsqu'ils arrivent le lendemain pour la remonter, la croix à disparue. Le Conseil Municipal décide alors de la remplacer et le Maire commande, à la société Métaloiso, de la Forêt le Roi une croix identique mise en place le 6 mai 2002 sans sa stèle.

Contre toute attente, la croix des champs bouscule le destin et réapparait en août 2011 à l'endroit même où elle avait disparu alors que tout le monde la croyait perdue à tout jamais.

Cependant, il est impossible de la réinstaller à son emplacement d'origine. Mémoire Vivante, en accord avec le Conseil Municipal, décide de l'érigée au lieu dit "Le Paradis aux Anes" à l'endroit où, jadis, s'élevait une croix aujourd'hui disparue "La croix du rassemblement"

Elle est mise en place par les bénévoles de Mémoire Vivante aidés du forgeron de l'entreprise Mataloiso, en juillet 2012, sur deux socles en pavés de grès.

Souhaitons lui longue vie.